Carnet de route du sud au nord du Laos

N’ayant pas fait beaucoup d’articles au Laos, on préfère vous raconter notre périple plus en détails.

Du 16 février 2018 au 11 mars 2018

Les 4000 îles

Nous sommes arrivés aux 4000 îles en passant par la frontière cambodgienne. Tous les voyageurs rencontrés nous vantaient les mérites de cet endroit paisible… et on vous le confirme ! Après 10h de bus qui nous ont paru bien longues et un dernier trajet en pirogue sur le Mékong pour atteindre l’île de Don Khon, nous arrivons à la tombée de la nuit avec Thibaud, un Français rencontré à la frontière, voyageant autour du monde également. On se trouve une chambre pour tous les trois.

Jour 1

Au petit matin, après avoir changé d’auberge quelques mètres plus loin, un bungalow pour tous les deux à 5 euros la nuit, on commence à palper la tranquillité de cette île ; quasiment aucune circulation à moteur. Il y a également aucun distributeur de billets, il aurait été bien de retirer avant… Heureusement que Thibaud nous a dépannés le premier soir. Tout est fait pour se relaxer : des hamacs, au restaurant on ne mange pas assis à table mais allongés sur des matelas. On rencontre un couple de Français qui revient chaque année depuis 4 ans, et on comprend vite pourquoi ! On leur dit qu’on ne va rester que 2 nuits et nous répondent « oui, tout le monde dit ça au début ».

L’après-midi, c’est à vélo que l’on décide d’aller voir les plus larges chutes de l’Asie du sud est à 15 km, toujours tous les trois. On loue nos vélos sur l’île voisine, Don Det, réputée pour être très festive ! Sur la route, on voit un attroupement d’hommes et des cris, on s’arrête pour assister aux combats de coq ! Ambiance de folie, les paris vont bon train. Thibaud est pour le bleu, moi pour le rouge… Mais le match s’éternisant, on repart avant de connaître le vainqueur (je sais que c’est le rouge de toute façon).

On roule sous la chaleur, on fait des haltes pour remplir la bouteille d’eau, et on arrive sur le site très bien entretenu. La cascade est superbe, elle mérite sa première place. On y reste un bon moment, le temps pour Géo de prendre ses photos dépourvues de touristes, ça demande beaucoup de patience !

On rebrousse chemin, sur le retour on revoit les combats de coq qui vont toujours bon train.

Jour 2

Avec Géo, on décide d’arpenter à pieds notre île, voyant sur la carte d’autres chutes d’eau. Mince, l’entrée est payante… On finit par payer, et là on va de surprise en surprise ! La première cascade est sympa mais moins par rapport à celle d’hier. On suit le sentier et on découvre d’autres points de vue sur d’autres chutes au loin, c’est superbe ! Ce sentier nous mènera ensuite à une plage au bord du Mékong, on se baigne, c’était inattendu !

Décidément, cette petite île regorge de surprises 🙂

On fait quelques kilomètres pour rentrer à l’auberge. Non loin de cette dernière, on avait repéré une piscine qui nous faisait de l’œil. Hop, ni une ni une deux, on se jette dedans ! Le bonheur par cette forte chaleur .

Jour 3

Le matin était dédié à la rédaction des articles du blog. On décolle tant bien que mal de nos matelas du restaurant pour visiter cette fois-ci la partie est de l’île. Tout de suite, on est dans la campagne, on traverse des hameaux, c’est bien plus sauvage. On continue au hasard et on tombe encore une fois sur un petit panneau annonçant une cascade. On y va ! Cette fois-ci c’est un peu plus physique, on traverse les rochers au plus grand bonheur de Géo pour atteindre un point de vue sympa sur une bonne chute ! « Qu’est ce qu’il me pas faire » me dis-je, mais au final je suis toujours contente de le suivre !

On se dépêche de rentrer pour aller admirer le coucher de soleil depuis… devinez où ?? notre piscine bien sûr !

Le couple de Français avait raison, on n’a fait qu’étendre notre séjour aux 4 000 îles 🙂

Le Plateau des Bolovens

Départ des 4000 îles pour Paksé à 3h de bus au nord, ville de départ pour la boucle des Bolovens.

Première chose à Paksé, on se rééquipe en téléphone portable ! Géo qui n’en avait plus car il s’est fait la malle sur le scooter et celui de Maou qui était bien trop vieux.

On voulait attaquer la boucle en ayant une carte qui fonctionne hors ligne. Nous utilisons l’application Maps.Me qui marche vraiment bien !

Une bonne nuit de sommeil à Paksé, le matin on déniche notre scooter semi-automatique. Géo fait quelques essais dans la rue avant de m’autoriser à monter derrière lui ! Puis, on file cheveux au vent vers la première cascade de la grande boucle, c’est apparemment aussi la plus belle. On arrive d’abord par le haut, à 40 mètres du sol, elle promet ! Le chemin est aménagé, on descend, on se baigne, il y a que nous dans l’eau, on est tout contents. Il n’est que 11h mais ça fait du bien de se rafraîchir.

Que dire de l’après-midi ? On a passé la plupart de notre temps à chercher un certaine cascade (vue en photo à l’agence de location du scooter) qui était inconnue des habitants. On avait pourtant le nom mais personne ne connaissait. On a pris un chemin, puis un autre, pris l’orage aussi, rebroussé chemin pour enfin arriver à bon port mais il était déjà 17h et une rando de 2h nous attendait. Sachant qu’en plus, étant en saison sèche, le débit est bien plus faible. Bon, ce sera au moins une petite victoire. Le soir, on dort dans un super bungalow rien que pour nous avec l’eau chaude en prime !

Jour 2 

On commence par le parc des 7 cascades. Sur la piste, on voit un immense serpent s’enfuir sous notre roue, la rando promet… Sur place, on s’arme d’un bâton chacun car les panneaux annoncent des « serpents venimeux ». On ne marche pas très longtemps, mais le chemin est très raide et les marches très hautes. La première cascade est superbe.

Et la deuxième, en terrasse, est parfaite pour s’octroyer un bain. Oui, vous l’aurez compris, on ne perd jamais une occasion pour se rafraîchir 🙂

On croise quelques touristes et des jeunes bouddhistes.

Tant bien que mal, on se rend au pied de la troisième cascade qu’on a vu au loin. La descente est également physique, mais en vaut largement le coup. Nous sommes seuls, on trempe nos pieds, Géo grimpe sur les rochers.

On continue notre boucle, on a beaucoup de kilomètres à faire aujourd’hui pour rejoindre notre point de chute. Sur la route, on évite l’accident, un énorme nid de poule nous a surpris à la sortie d’un virage ! Plus secoués que de mal. On s’arrête en chemin voir d’autres cascades, un peu moins impressionnantes. On se prend encore l’orage mais plus fort et plus longtemps… Il faut savoir qu’en fin de journée, les animaux sont plein d’énergie, les chiens jouent et traversent la route sans regarder ; les vaches se trouvent carrément au milieu de la route et ne daignent se pousser ; les poules… comment dire… elles sont si hésitantes « j’y vais, j’y vais pas ? » qu’on les a élues les plus dangereuses ; et enfin les biquettes dans une moindre mesure. Avec tous ces ralentissements, la route n’en finit pas. On arrive enfin à l’auberge, la première qu’on trouve, on négocie et on saute dans la douche chaude ! YOUHOU

Jour 3

Je pars visiter la ferme de soie, poivre, hibiscus, noix des Incas (Sacha Inchi) et de thé pendant que Géo roupille sous un arbre. Une volontaire française fait la visite, c’est super intéressant et bon, j’avoue, la dégustation de la fin c’était encore mieux:) A propos de la production de la soie (qui ne se fait pas en période sèche), cette dernière s’inscrit dans un commerce équitable : la ferme fournit aux familles laotiennes environnantes l’équipement nécessaire pour nourrir les vers puis leur rachète les cocons arrivés à maturité (juste avant que le papillon naisse). Cela permet de faire vivre les petits villages.

Juste après cela, on s’arrête à la ferme de café de M.HOOK (lire article), puis dernier arrêt à Tad Lo pour nous restaurer. On a entendu parler de la fameuse Guest House Mama Pap et ses portions énormissimes ! On passe devant en scooter et ça tombe bien, on est affamés.

Crêpe hyper épaisse et bien garnie !

Balade digestive, on se rend aux différentes cascades non loin et attendons le bain des éléphants l’après-midi. Ils font l’objet d’excursions à la journée et le soir viennent se baigner dans la rivière. J’espère en voir d’autres dans un autre contexte !

En fin de journée, retour à Paksé, on rend le scooter et arrive l’heure de monter dans notre « sleeping bus » pour 20h de trajet…

Luang Prabang

J’ai dit 20h ? Et bien, à cela, il faut encore rajouter 8h. Bref, un trajet interminable, arrivés dans la nuit à Luang Prabang, on a qu’une envie ne plus JAMAIS reprendre les transports.

C’est pour cela qu’on va flâner pendant plusieurs jours, sans trop rien faire de nos journées. Luang Prabang et ses maisons coloniales françaises datant du 20e siècle, est vraiment agréable. Certes touristique, mais du coup on profite des activités proposées dont un cours de yoga sur la terrasse du bar Utopia. On assiste également à la quête matinale des moines dans les rues de la ville.

Et enfin, on se rend aux chutes de Kuang Si, sublimes ! Ah oui, on a retrouvé notre camarade de route, Thibaud ! On est d’ailleurs partis quelques jours plus dans le Nord, dans un endroit très très calme au bord de la rivière Nam Ou, à seulement 3h en mini-van ! Au programme : visite des petits villages autour, randonnée et kayak.

Vang Vieng

Ce petit séjour au calme nous a fait du bien, nous voilà maintenant à Vang Vieng (au sud de Luang Prabang) on se rapproche de Vientiane, la capitale. Cette petite ville est connue pour son caractère festif et ses dérives. Ce qui nous plaît à Vang Vieng, ce sont ses montagnes karstiques qui l’entourent, le panorama est magnifique, et on retrouve le Mékong. On se trouve une belle Guest House bien entretenue de l’autre côté de la rive, on se loue des vélos et partons à la journée à la recherche des blue lagoons ! Il y a évidemment ceux très touristiques, aménagés et affichés dans toutes les agences mais il y en a d’autres bien plus naturels, dont celui ci :

On est bien contents de l’avoir trouvé (une Française rencontrée plus tôt nous en avait parlé) !

Vientiane

Pour nous rendre à Vientiane, on a fait du stop à la sortie de Vang Vieng. Au bout de 20 minutes, un pick-up s’arrête, une famille à bord. Trop contents que ça marche aussi rapidement. Malheureusement ils ne parlent pas un mot d’anglais. Quelques mètres plus loin, on s’arrête pour prendre un autre couple d’auto-stoppeurs qui seront à l’arrière du pick-up. Arrivés à Vientiane, nous sympathisons avec Leely et Calom et passerons la soirée ensemble.

A l’image du Laos, sa capitale est toute aussi tranquille. On y retrouve le Mékong, et de l’autre côté de celui-ci se trouve la Thaïlande.

La raison de notre venue à Vientiane :

Florian, petit frère de Géo . Il nous a rejoint pour 9 jours dont 2 au Laos et le reste au Vietnam.

 

 

Ca peut aussi vous intéresser !

1 Comment

  1. Coucou
    Superbes photos comme d’habitude et les commentaires sont au top profitez en bien et continuez à nous faire partager vos expériences et vos excursions. Bonne route pour la suite.
    Bisous
    Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *