Trek du Huayhuash, un des plus beaux du monde !

Au simple fait d’évoquer la ville de Huaraz, dans le nord du Pérou, on se voyait déjà en train de gravir des cols enneigés. Après l’ascension du Machu Picchu, on avait hâte de recommencer mais cette fois-ci dans un décor tout autre.

Dans le bus de nuit, un couple de français rencontré en Colombie qu’on a prévu de rejoindre à Huaraz, nous contacte et nous demande si on est partant pour le « mini Huayhuash sur 4 jours ». A priori, oui !

Deux jours plus tard, nous rencontrons Bertrand, le gérant de l’agence Alpa-K. Il est suisse, passionné de randonnée et a des valeurs auxquelles on adhère tout de suite : selon le nombre de marcheurs, il rajoute du personnel et des mules pour charger l’équipement ; il exige que le guide lui ramène tous les déchets à la fin du séjour ; il garantit un bon salaire à son personnel ; variété des repas et consistance (très important!) ; un cheval si besoin de ramener quelqu’un en cas d’urgence ; un téléphone satellitaire.

Évidemment, un tel niveau de service a certain prix, mais on est très heureux de pouvoir faire un petit bout d’un des treks les plus beaux du monde et en super compagnie. On peut partir sereins, on a rien à préparer, pas de tente ni duvet ni nourriture à porter ! C’est une première pour nous de ne pas partir en randonnée en autonomie mais on se dit qu’un peu de confort parfois, ça ne fait pas de mal 🙂

On forme un groupe de 9 personnes dont 6 français, Oscar le guide, son père Juan le cuisinier et le muletier (4 mules au total et un cheval).

Le premier jour, départ aux aurores pour rouler 4h jusqu’à notre point de rencontre avec le muletier. Sur la route, les paysages valent la peine de s’arrêter pour faire quelques photos. On aperçoit nos premiers monts enneigés mélangés aux belles couleurs matinales.

Le trajet fut moitié route, moitié chemin et surtout très sinueux. On arrive enfin au point de chargement des mules qui est synonyme du début du trek pour nous.

Notre campement durant 3 nuits
Juan, notre très bon cuisinier!
Notre guide Oscar

Nous avons environ 5h de marche jusqu’au campement. Oscar donne le rythme, lent et soutenu. On le suit en file indienne. Ça monte. La pluie et la grêle viennent nous déranger pendant notre pause pique-nique. C’est alors que nous sortons nos ponchos de pluie : nous avons un rose, un jaune, un orange et un vert ! Les télétubbies continuent leur marche jusqu’à la première lagune d’un bleu turquoise puis la seconde, où l’on aperçoit nos tentes déjà montées.

Le ciel se dégage pour nous laisser apercevoir le deuxième plus haut sommet du Pérou : le Yerupaja (+ de 6000m). On prend des photos, on explore notre campement et on se réfugie vite sous la tente de la cuisine où Juan nous prépare un délicieux repas. Dehors, la nuit tombe à la même vitesse que les températures. On avoisine les 0 degrés.

Pendant ce trek, nous dormions au même endroit chaque soir. Le matin, on démarrait la marche vers 7h pour profiter pleinement du soleil jusqu’à 14h. Étant en début de période de pluie, le ciel se couvrait rapidement en début d’après-midi. Mais, on a été chanceux d’avoir chaque jour de belles matinées ensoleillées.

C’est donc tous les six que nous suivions Oscar à travers la montagne. On a découvert plusieurs lagunes, chacune a sa teinte bien particulière en raison des minéraux qui la composent. En termes de faune, on a observé énormément de condors, un genre de chevreuil et des viscachas (lapin avec une grande queue touffue typique des régions d’altitude).

Nous marchions environ 6h par jour dont une heure de pause. Le temps que tout le monde prenne sa photo devant la lagune, ça prend du temps 🙂

Le dernier jour de trek s’est terminé en apothéose avec le mirador donnant sur les 3 lagunes et toute la chaîne montagneuse enneigée face à nous. Un spectacle fabuleux !

Après chaque retour au camp, Juan nous avait préparé le déjeuner suivi d’un goûter et d’un gros dîner. Sans four, il réussissait à nous surprendre chaque jour ! Une chose est sûre, les efforts ont été récompensés. En raison de l’altitude, le sommeil était assez léger. En rentrant de notre marche, nous préférions tout de même nous réunir sous la grande tente afin de parler et jouer aux cartes. Même si nous avons avoisiné les 5000 mètres d’altitude, nous n’avons pas souffert des maux de haute montagne. Hormis quelques difficultés à respirer par moment en montée, rien d’autre à signaler. Oscar nous proposait de calculer notre battement de cœur/minute ainsi que notre saturation en oxygène. Ce petit test nous amusait tous chaque soir. Qui allait être le maillon faible ?

Il régnait une bonne cohérence de groupe, la dernière soirée sous la tente cuisine à jouer au président a bien clôturé ce super séjour.

La vue depuis notre tente

Nos compagnons de trek !

Ca peut aussi vous intéresser !

3 Comments

  1. Bravo pour les efforts fournis et merci pour ces partages ! Grâce à vous, nous continuons à voyager. Voilà 5 mois que nous sommes rentrés d’une année autour de la planète avec nos enfants… vous êtes très inspirants et ouvrez les possibilités de voyager encore plus libre que ce que nous avons fait !! Merci. Continuez à nous faire rêver!!

    1. Merci beaucoup pour ce beau commentaire ! Cela doit être un beau challenge de faire un long voyage en famille 🙂 Avez-vous un blog pour que l’on puisse voir les photos de votre tour du monde ?

  2. […] Trek du Huayhuash, un des plus beaux du monde ! […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *