Bain de sang à l’auberge

Dans les auberges de jeunesse les plus étranges, celle-ci remporte la palme. Arrivés depuis quelques jours au Guatemala, nous décidons de faire une halte à Antigua. Puisque nous décidons d’approcher les volcans actifs qui font la renommée de la ville, nous décidons de rester 4 nuits dans l’hostel « Capitan Tom » .

C’est la souriante Tania qui nous accueille, Russe d’une cinquantaine d’année. Elle vit et dort à l’accueil de l’hostel sur un lit de fortune accompagnés de ses 10 chiens. Oui, 3 adultes et 7 bébés huskies. Autant vous dire que l’odeur de chien était bien présente au sein de l’établissement. Rapidement, nous faisons connaissance de Vladimir, ex-mari de Tania, qui vit seul dans une chambre obscure à l’odeur plus nauséabonde que celle des chiens. Enfin, le troisième protagoniste est Wregler, un Nicaraguayen qui lui, dort sur la terrasse. Tous les trois se sont partagés le business il y a 5 ans et ont donc autant de droits les uns que les autres sur l’auberge. Wregler est souriant, serviable et sociable…le premier jour. Nous avons une bonne accroche en le rencontrant. Le lendemain, nous rencontrons une autre personne, totalement ivre dès l’aube de la journée. Il est toujours sociable mais ses phrases ne veulent plus rien dire. Il n’articule pas, a les yeux vitreux et est parfois insistant. Quant à Vladimir, il sent aussi fortement l’alcool. Cela dit, le personnage reste le même depuis que nous l’avons rencontré.

Le lendemain, les premières disputes commencent. Sans gêne, nous assistons à des scènes de ménages entre eux. Des cris surgissent, le ton monte. On peut entendre «  Donne moi ma putain de thune » ou «  Ne mets pas les mains sur le bureau, ce n’est pas un bar ici ». Cela ne nous empêche pas de mener notre petite vie.

Mais, tout va dégénérer.

Alors que nous revenons de notre sortie volcan, je remarque du sang sur le trottoir en face de notre auberge. La porte habituellement munie d’une clé est désormais fermée. Je toque et observe sur ma gauche un couteau de cuisine dans la poubelle. Couteau, sang, mes souvenirs de la série Dexter resurgissent et me laissent imaginer quelques scènes que l’on souhaite voir seulement en série.

Tania m’ouvre, je passe un peu de temps avec elle pour régler les nuits. Deux policiers font leur apparition. Tania leur dit qu’ils ne sont plus là et que Vladimir est à l’hôpital et que cela ne sert à rien qu’ils entrent. Elle montre aux policiers plusieurs blessures au bras, à la lèvre et au crâne en souhaitant à Wregler et Vladimir de finir leur jours en prison.

Mais, que s’est-il passé ???!

Puisque l’histoire ne nous regarde pas, nous n’en demandons pas davantage et partons cuisiner. Une fois le repas terminé, je m’apprête à prendre ma douche. Une fois la porte de la salle de bain verrouillée, j’entends de nouveaux cris. J’ouvre et vois sous mes yeux deux nouveaux policiers, avec leurs armes, tenter tant bien que mal de maîtriser Wregler qui hurle. Celui-ci se cachait dans l’hôtel et avait une énorme entaille en haut de l’arcade. Plus il se débattait et plus le sang coulait en abondance sur le sol. Ne voulant pas assister davantage à cette scène, je retourne dans ma chambre. J’aperçois de la fenêtre plusieurs voitures de police qui entourent Vladimir. Clope au bec, le pantalon ensanglanté, il est revenu de l’hôpital. Alors que Wregler tente de s’enfuit, il est rattrapé par les forces de l’ordre. Vient alors une série de photos afin d’identifier les suspects. Les policiers ont sorti les numéros jaunes que l’on retrouve dans les scènes de crimes des séries américaines.

Quand l’affaire se calme et que le sol devenu rouge est nettoyé, je redescends et en apprends plus sur cette scène surréaliste. Tania nous explique qu’elle a eu une aventure avec Wregler. Son ex-mari Vladimir vivant sous le même toit, jaloux de cette relation, se montre de plus en plus provocant envers le Nicaraguayen. L’alcool dans le sang n’a pas aidé. Ce jour, Vladimir a étranglé Wregler, puis l’a frappé avec un plateau en verre. Ouvert, Wregler a tout de même répliqué en prenant un couteau de cuisine et a coursé le russe afin de lui assené un coup de couteau dans le bras. Le tout, sous les yeux terrifiés des touristes. Acte 3, scène 2, le combat sanglant , le prix d’entrée inclus dans le séjour à «  Capitan Tom ».

Le lendemain Tania nous expliquait penser à fermer l’hostel. Rien n’a semblé la choquer dans cette garderie pour adultes. « Je suis russe, j’en ai connu des bien pires, je suis une femme forte » a t-elle finit par nous dire.

Ca peut aussi vous intéresser !

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *